police_belgique.jpg
Quatorze perquisitions menées mercredi, par la police judiciaire fédérale belge, à Mons, Charleroi et Bruxelles ont conduit à l'interpellation de 11 personnes membres d'une organisation criminelle internationale, dirigée depuis l'Algérie, active dans la vente en gros de cocaïne et d'héroïne.

Une d'entre elles, arrêtée à Bruxelles, est l'un des organisateurs du réseau en charge de l'approvisionnement, du stockage et de la livraison des produits.

Quatre des individus interpellés ont été placés sous mandat d'arrêt. Une procédure d'expulsion a, par ailleurs, été initiée par l'Office des Etrangers pour un individu, en séjour illégal, entre-temps incarcéré à la prison de Bruges. Un autre individu recherché à la suite d'une condamnation antérieure a également été écroué.

Des mandats d'arrêt internationaux devraient encore prochainement être délivrés à l'encontre d'individus actuellement en Algérie, notamment le chef de l'organisation criminelle.

Cette organisation criminelle alimentait de nombreux dealers qui, à leur tour, revendaient les drogues dures dans différentes régions de la Belgique. Dirigé depuis l'Algérie, le réseau semble avoir mis en place en Belgique et en France divers mécanismes lui permettant de rapatrier les bénéfices générés par ce vaste trafic.

Outre la privation de liberté pour 11 personnes, cette opération a permis aux enquêteurs de saisir 2 kilos d'héroïne, 700 grammes de cocaïne, une presse à cocaïne et 28.000 euros en cash.
Au total, 95 policiers ont été engagés dans cette vaste opération anti-drogues. L'enquête est poursuivie par la section "stupéfiants" de la police judiciaire fédérale de Mons-Tournai.